Docteur Altagracia Magnin, psychiatre à Fribourg

Lien du site : http://www.psychiatre-psychotherapeute-fribourg.ch

Le traitement psychothérapeutique peut être de longueur très diverse, s’étendant de quelques séances à plusieurs mois, en fonction de la complexité des troubles à résoudre. Les objectifs des soins, la fréquence des rencontres et leur caractéristiques sont divers points dont le thérapeute et le soigné doivent convenir au début de tout traitement, puisque le rapport de transparence est d’une importance primordiale pour la réussite du traitement. L’utilisation de la psychothérapie peut être conduite dans un contexte personnel, mais également familial ou de groupe, et est susceptible d’aider aussi bien des enfants que des adultes. Les rendez-vous ont généralement lieu chaque semaine, sur un laps de temps qui s’adapte en fonction de nature du trouble à traiter. La confiance entre le soigné et le soignant est très importante pour travailler avec succès. Les aspects traités par la thérapie par la parole comprennent les blocages se rapportant à la vie quotidienne. Elle sert aussi à soigner les traumatismes, les peurs, les dépressions et autres symptômes d’un déséquilibre ou d’une fragilité intérieure. Il y a plusieurs tendances psychothérapeutiques: le propre d’un soignant qualifié est de les solliciter en combinaison avec des thérapies comportant ou pas l’utilisation de la pharmacopée. La discipline de la psychothérapie a pour objectif d’accompagner les personnes souffrant de nombreuses difficultés psychologiques, ceci tant dans le cadre de leur vie privée que dans celui de leur intégration professionnelle et relationnelle. Elle parvient généralement à limiter les symptômes de ces déséquilibres, afin qu’une personne soit en mesure de mieux fonctionner dans presque toutes les situations pouvant survenir quotidiennement. L’écoute est une exigence fondamentale de la thérapie par la parole: bien que les patients communiquent des sentiments intimes, le soignant doit en tout temps savoir maintenir un recul réel, pour ne pas impliquer sa propre affectivité dans l’avancement de l’analyse. Il doit garder la maîtrise parfaite du déroulement des séances, et ne pas brusquer les différentes étapes qui conduisent à la guérison des syndromes de la personne souffrante.
sz
Docteur Altagracia Magnin, psychiatre à Fribourg